JUSTE À CÔTÉ

(5 saynètes déjantées)
15/20’ chacune.


PERSONNAGES

Au total, cinq comédiens, deux femmes, trois hommes.
(suivant les saynètes)

Louis
Aile
Lôtre
Chignonne
Huissier
Infirmier

INTRODUCTION

Cinq saynètes où le délire semble total.
Pourtant, nous ne nous trouvons qu’à un léger écart de notre langage – d’ailleurs, pour l’essentiel, nous comprenons celui, quelque peu malmené, qu’on nous fait entendre.
Le point commun entre la raison et l’irrationnel est que les deux nous invitent à réfléchir. Si l’un ou l’autre échoue, tout autant nous aura-t-il fait avancer dans l’interrogation.
S’il est une chose dont on ne me fera pas douter : l’irréductible vérité du rêve. Qui peut se vanter d’y échapper ?
Comprendra-t-on enfin que la raison a ses limites, d’ailleurs imprécises. Qu’elle trouve ses prolongements dans l’irrationnel ?
Bien sûr, pour apprécier ces textes, il faut consentir à pencher du même à-côté que l’auteur.
Juste à côté du réel, juste à côté d’aujourd’hui, juste à côté du langage
Chaque saynète, à sa façon, illustre la triple devise : « Juste à côté du réel, juste à côté d’aujourd’hui, juste à côté du langage ».
Du paralangage, des stichomythies, voire des comptines

« En caleçon de flanelle
Fleurant la cannelle,
La sentinelle modèle
Se dégèle
Sur ses semelles isocèles
Sauce caramel… »

LES TITRES

Le caché de l’imposte
Deux drôles de contrôleurs-pointeurs, un tantinet gloutons, vérifient au feeling une maternité très encadrée, comme désormais elles le sont toutes.

Chignon, sinon…
Un laideron à prétention de star débarque en pleine nuit pour se faire coiffer chez un couple de pékins, nullement capilliculteurs mais pas plus cohérents pour autant. Et qui, à l’unisson de leur visiteuse, le prouvent.


Allo, à l’eau !
Allo, à l’eau, à l’aide ! Et vous, où vous en êtes ? Gloup, gloup !

Chikaia mit Chikungunyas before after-Fouquet’s
Le plus dengue des prédateurs n’est pas le siffleur !

White cube
Artituri te salutant.


EXTRAITS

Le caché de l’imposte

Nuit, couple au lit. Aile s’agite. Se dresse, seins nus. Secoue Louis, à ses côtés. Il émerge,
costumé, cravaté.


Louis
Hein, quoi ? Qu’est-ce que c’est ?
Aile
Alléluia, on y est ! Jusqu’au cou ! Cause entendue, cadenassée, les doigts dans le périnée !
Louis
Cadenassée, le périnée ? De quel foutoir d’histoire d’eau de rose tu nous causes ?
Aile
Envoyé c’est pesé, composté le colissimo, livré moulu franco de port, bien le bonjour la compagnie !
Louis
Franco de port, colissi… de quoi… ? Excuse, encore échotté, hébété, je sors de visiter un des ghettos-dodos de l’à côté ! Mais assez mégoté, narre ! Dare-dare !
Aile
Tout s’est passé pilepoil dans les normes, ou juste entre les gouttes.
Louis
Les normes, les toutes dernières ?
Aile
Les toutes dernières d’avant la prochaine couvée. Dépoussiérées, décontaminées, vient de sortir. Du coup même pas le trac, au moment de démailloter le va-tout !
Louis
Le va-tout, c’est donc bien de lui qu’il s’agite ! Matons-le, ce bon vieux jeune matou exfiltré de frais ! Le ou la, pas bêcheur du pantalon ton étalon-martin-pêcheur attitré.

De sous le drap, Aile sort, emmailloté, un présumé bébé. Braillements, tant soit peu métalliques, enregistrés.

Aile
Mignon, non ? Un vrai « le », avec attributs calibrés comme on n’en fait plus, sauf peut-être le trente-six des mois de pleine lune !
Louis
Passe-la, cette merveille, baveuse de sueur, larmes et autres fongicides constitutifs !… (Il prend le poupon, sans ménagements, le retourne dans tous les sens. Re-braillements.) Ouais, rien à jeter, on a beau chercher le fautif de la croûte ou du farci : pas lieu de décongeler un pack de rustines !
Aile
Le plus beau du concocté c’est qu’il te ressemblerait, à part, bien sûr, le côté… guillemets : « bobo guilleret déprimé » !
Louis
Rire forcé.
Force quand même pas le trait ! Tant qu’on n’a pas les certifs bien concrets… ! (On sonne.) Eux, déjà ! Comment tu les a prévenus ?
Aile
Moi ? J’aurais prévenu qui, quasiment nue, sans accès codé aux codes d’accès ? Embêtant qu’ils nous devancent, non ? Ils vont nous saquer, tu crois ? Décalaminage, reconduite à l’unité de reconditionnement la plus proche ?
Louis
Tout dépend des quotas.
Aile
La cata oui, on frôle la cata des quotas ! Les faisons pas lanterner !
Louis
Ils ont les clés. S’ils tardent à ouvrir, c’est qu’ils s’embrouillent dans leurs trousseaux, que des conseillers surpayés n’auront même pas pensé à dématérialiser. S’en mêler peut semer la zizanie dans la pyramide. À propos, malapprise, couvre-toi le bas du dos !
Aile
Aïe, y a intérêt. J’allais contrevenir au mieux-disant des non-dits para-obstétriques… (Tout en passant une nuisette.) Pas de la tarte d’être à niveau, les procédures n’arrêtent pas d’évoluer : lundi c’est tout droit, mardi virage à gauche, mercredi on serre les voiles, jeudi on dresse le couvert, vendredi chapelet à l’envers…
Louis
Sentencieux.
Souvent procédure varie, bien fol est qui s’y fie !

…………………………………
Aile
Toussotant.
Messieurs, à ce stade purement oral puis-je interférer ? À propos d’accommodement… de restes, ne vous siérait-il point de picorer quelque brimbelle ou brin d’aile macéré ? Cappuccino, croustade de gorgonzola, sarabande de prébendes du jardin ?
Louis
En fait, je me demande même s’il ne resterait pas un fond de minestrone en gelée. Sauter n’est pas jouer, je fonce vérifier au sous-sol.

Il sort au pas de course. Un silence puis…

Aile
Pour tout il est comme ça. D’un autre côté…
Infirmier
Mange pas de pain, c’est humain. Chacun voit midi devant sa porte et y balaie les peaux mortes du sommeil. En attendant, supposition que vous en auriez sous la main, sans la forcer, comme qui dirait mezza mano, je tâterais volontiers d’un zeste de cassoulet au lait. Au lait mais, galanterie mise à part, pas au lit : au lait pas au lit, poli on est, ah, ah !
Aile
Complaisamment.
Ah, ah !
Huissier
Eh bien moi, sans étaler des tas d’états d’âme, je ne cracherais pas sur une petite gamelle bien troussée de crème de marrons et dinde, sur son nid de croûtons rôtis au camping-gaz. Si ce n’est abuser la galerie, bien sûr !
Aile
Jouissif, abyssal, rien ne saurait nous éviscérer davantage le massif central ! Faut se serrer l’huile de coude. Bâtards ou stars, tôt ou tard on se retrouve sur le même bateau-mitard, les uns en fond de cale, les autres en haut du mât de misaine, question migraine ça secoue pas à force égale. Selon que vous êtes riche ou puissant…
Infirmier
Saisi à point, s’il vous plaît, le jambon à l’os, cuit à cœur dans son jus bien frappé.
Huissier
Pour moi, le hareng saur, en tout délice d’initié j’avoue l’apprécier mariné dans le lait de brebis. Al dente allegro molto, double dose de sel de céleri, une larme de Courvoisier.
Aile
Comme si c’était fait. Privilège rare de servir des connaisseurs !
Infirmier
On n’a rien sans mal, croyez-moi !
Aile
Raclements de gorge.
Sont-ils polissons, cette année, nos aînés !
Louis
Impayables, en monnaie de singe !
Infirmier
Le singe au lit, l’hallali ! C’en est trop !
Tous
Voix caverneuses, decrescendo.
Paolo, la saillie ! La chienlit ! La folie ! L’embolie !… L’hal…la…li… iiii…
Infirmier & huissier
Voix claires et fortes.
Tout juste
Auguste,
Là-haut
Sous la grande faux
Sablier retourné,
Très comme il faut
Se recouche
Le grand singe,
Mains bandées,
Saignant du nez.
« Jamais sans sa mère »
Le message est tombé
De la bouche
De l’amer
Mais fertile
Orang-outan,
Or donc
Ajoute-t-il,
Sur la felouque
Soignant son look
À la King-Kong,
Selon l’agence
De notation,
Ça schlingue
Dans l’embarcation !
Dès la cotation
Zéro pointé,
Tellement
Qu’à toute berzingue
Il est grand temps
De décréter
Fin de la mi-temps !

Grands coups de sifflets…
Louis, en catimini, démaillote le poupon. Apparaît un cachet à l’ancienne, format bébé cadum.

Aile
Mezza voce.
Tout ce qui reste ! Le temps presse, courons le cacher sous l’imposte ! (Ce qu’elle fait.)
Louis
Dito.
Le cachet de la poste sous l’imposte faisant foi…
Tous
Dito.
Foie de l’oie… ou de faisan faisandé, ma foi selon la saison !

Ils vont se blottir près du cachet.

Louis
Raclements de gorge.
Supposition qu’on travaille à fond du tampon, qu’à mort on joue du piston et de l’oxymore, monsieur l’agent, ça tiendra bien encore trois quatre cents ans !
Voix
Claquant.
Foutre non !
Tous
Aïe !


Chignon, sinon…

Pleine nuit. Un couple au lit. On sonne, avec insistance. Agitation, grognements, jurons.

Louis
Bon dieu, quel alligator à roulettes ça peut être, à pareille heure ?
Aile
Tu le demandes ? À tous les coups notre Mouton-Cadet insomniaque, fatigué de compter ses brebis.
Louis
Pitié, ras-le-bol du casse-ta-fiole !
Aile
Aussi tu manques de fermeté. Faut pas hésiter à frapper sous la ceinture, à coups de tatanes à défaut de ce taser à peine presque pas létal qui nous fait des caprices, deux fois sur trois s’octroie gratis des bis.
Louis
Au détail près que monsieur la tache, depuis que tu lui en as offert une paire, trop belle, couleur de ses moustaches, porte des bretelles !
Aile
L’habillage peut varier, la cible mnémotechniquement rose s’impose même chose.
Louis
On va méditer le Marc-Aurèle… (Criant.) Clenche la porte, clampin des Landes, plus de serrure depuis la karchérisation de l’Europe des trente-six à la douzaine.
Aile
Comment tu veux qu’il t’entende ?
Louis
Tu l’apprendras si je vis aussi longtemps que je te le souhaite : les hommes mûrs ont des oreilles.
Aile
Ce que tu peux être drôle tous les vingt-quatre heures trente-six des nuits ouvrables ! On notera le halo de gas-oil à la verticale du capot, et à l’autre bout la flaque d’huile sur la moquette.

Entre Chignonne. Démarche hésitante, allure vieillotte, un chignon.

Aile
Ben, tu vois, c’est même pas lui.
Louis
En gros une dame, on dirait, non ?
Aile
Ou demoiselle, comme au bon vieux temps où l’espèce rancissait couci-couça-la-greluche dans le formol.

…………………………………

Chignonne
Mon urgence, spécifiée spécifique qui presse, elle est faite de ce que je ne le supporterai pas une heure de plus, le fichi chu… fichu chignon. Vieillit trop la personne, je me déballonne.
Aile
À considérer l’excroissance emphysémateuse écartelant nos yeux décontenancés, on ne saurait vous donner tort absolument.
Louis
Mais en plein sommeil, nuitamment ! Y a deux heures, j’aurais pas poussé votre caddie jusqu’au troisième, faute d’un protocole d’urbanité décrété par la copropriété durant une énième pause thé.
Chignonne
La garniture-culte a fait son usage ; au-delà de ses forces cheveluresques. Elle s’affaisse, sous peu nous chipoterait le râble. Maintenant ce qui m’assiérait c’est une raie sur le côté. Comme ça, à la luronne. À moins que sur l’autre flanc de coteau, je suis pas bornée à plus d’un bon quatre-vingt-cinq pour cent, en escomptant que le temps se maintienne au sec.
Louis
Impec ! Et sur quelle rive escarpée cette raie sauce palourde : droite, gauche, la main grattouillant l’arrière-boutique ou l’autre vasouillant entre colchiques ?
Aile
Alors que nous ne sommes nullement coiffeurs des quartiers chics.
Louis
Ni même capilliculteurs de plain-pied.
Aile
Pas le droit d’exercer, en fait, à supposer que nous en éprouvions la tentation, ce qui est loin d’être acquis à n’importe qui nous tombant sur le croupion sous un prétexte riquiqui.
Chignonne
J’ajoute qu’une frange par-devant ne déparerait pas la bête.
Louis
Et allez donc : une frange par-devant alizé et ciel clairet, ça ne la déparerait pas, la mademoiselle-madame-on-sait-pas-trop-dans-l’ignorance-on-pencherait-pour-la-version-formol !
Chignonne
Dans le style de cette jeune actrice à la télé, vous voyez bien, une jeunette, avec une frange à la Jivaro et une raie maigrelette fannyardant par tribord.
Aile
Ben voyons ! Par-dessus le marché, faudra vous l’emballer ? Hé, pas de pique-nique, je vous fais marcher.
Chignonne
Ça vieillit vite. Comme disait le courrier des lectrices de « Mathématiques et belles manières », l’accélération s’accélère de la pointe à la racine carrée du cheveu ! Pire encore la nuit, comme les ongles sortant de leur matrice, les durillons qui racornissent, la rigidité cadavérique qu’on violoncelle de plus en plus précoce ! Vous vous en fichez, vous, vous en avez pas.
Louis
Pas de quoi ? De durillons, de rigidité cadavérique ?
Chignonne
La raie de côté, on peut la déplacer recto-verso, suivant le tonus. La frange-bonus, je l’avoue confusément, coquetterie d’artiste en proie à l’effroi des métempsycoses glaciatrices par moments imitation coulisses des sports de glisse.


Allo, à l’eau !

On sonne à la porte.


Louis
Qui ça peut être, encore ?
Aile
Tu le demandes ? Quelque fourgueur de cyclomoteurs recyclés en yachts éoliens du dernier carat.
Louis
Possible. Pour savoir…
Aile
Le mieux c’est d’aller voir, air connu. Fût-elle nue à perpète et pas fufute, toute crue se ruera la soubrette, tradéridéra.

Elle va entrouvrir la porte.

Aile
Aïe, encore vous, monsieur ! Puisqu’on vous a dit… Quarante pour cent de ristourne ? Ça serait le double en sens contraire que ça n’y changerait rien. On survole, monsieur, on ascensionne, en fin de compte on saucissonne. Vite tranché, le Bridou. Si vous ne me croyez pas, tendez votre petit doigt !
Louis
Dis-lui qu’on en a déjà cinq ou six, ça calmera ses ardeurs.
Aile
Vous avez entendu, monsieur, paraît qu’on en aurait sept ou huit. Je sais pas trop où on les planque, vu qu’on est plutôt à l’étroit au rayon cuisine et dépendances, mais le maître a parlé… Non, monsieur, pas visible ; notre Trouvetout nous bricole un aéronef fonctionnant à l’eau de pluie. Vous avez vu comme ce soleil de mes deux rechigne à se montrer…
Il ne passera pas, qui, le soleil ?… Dirigeables lestés de sable, gigantesques filets verticaux, la sardine du port hors d’eau, pieds et poings liés…
Dites donc, vous semblez bien informé ! Des contacts ? Quel réseau de zozos que nous on serait encore passés à côté ?… Celui du Jardin Exotique, l’ex réseau-zoo, zélateur du partage des eaux ? Louis, tu entends monsieur ? Y aurait dans l’air des resucées de fanfares d’ex-préposés des impôts et redevances sur les rotules réapprenant à biberonner la rotarienne roteuse…
Lou…is ! Hé ho, y a quelqu’un ?… Par moments il préfère être sourd, c’est son choix. Chut, approchez donc !… (Mezza voce.) Écoutez, dites-leur de ma part… Je suis pas bornée, moi, pas d’œillères sur les deux oreilles, ne serait-ce que pour dormir entre. Avec le réchauffement climatique, mieux vaut trop de frigos que pas assez, idem pour les centrales vapeurs, ça peut occuper les temps morts dans la chaude ambiance de la marine d’antan qu’était justement voile et vapeur. Bref, pas interdit d’en reparler, ici ou là, sans tralala ! À bientôt, promis-juré, mot de passe : lotus bleu, mouche cousue !

Elle referme la porte.


Chikaia mit Chikungunyas
before after-Fouquet’s


Louis
Tu sais, au seuil de m’y lancer, je ne fais que balancer. Nous devons garder absent de l’esprit… (Modulant.) Amen… que les survivants du deal débile comme leurs contraires… (Dito.) Apporte… se retrouveront dans le même trou béant… (Agitant son goupillon.) Dieu ait leur âme au centuple, ainsi-soit-il !
Radio
Funambulesque, cannibalesque !
Aile
Joignant les mains, modulant comme un « amen ».

Apporte, amen, ainsi soit-il ! À l’heure de l’IPhone, plus jamais c’est pour ma pomme que ça sonne !
Louis
Sur mon crâne cheftain, ma couronne, ou autre couvre-chef de raccroc, branle du chef. De maintenir à mi-mollets, à la Dupanloup, le pan lourd de ma chasuble étoilée, ma main s’ankylose d’une morose arthrose virant au rose. Bouffée aux mites, ma mitre branle dans le manche, ce qui, un prochain dimanche, justifiera l’admonestation d’une dose caillera de mort-aux-rats. Et cetera, et cetera.
Aile
Ton monocorde.
« Et cetera, et cetera », quel cerveau ! Qui sans coup férir sur toute dose de mort-aux-rats prévaudra, non ? Autre chose ?
Louis
Révérence.
Amen, tant fragile hymen ouvert du matin, cadeau des cieux que je révère de trop loin à mon gré, délivrant dès le premier degré de fort galants amphigouris ! Ô, souveraine, phare de mon nénuphar intestin, tant j’aime être au courant de chaque péripétie fût-elle péripatéticienne, de vos heurs et malheurs, sans prendre de gants, narrez-moi les plus flagrants !
Aile
Ton monocorde.
« Sans prendre de gants, les plus flagrants »… puisse-t-on trouver la sagesse de s’amidonner sans autre à la compresse des mots !…
Changements de ton.
De malheurs, mon cœur frais émoulu, ou d’heures voire de demies desdites, sortie du trou du couvent je n’en vécus que peu, ou prou, depuis que sur l’estocade de nos corps nus, où, souvenez-vous-en, ce peu banal matin prénuptial-là il plut, ne vous déplut mon jeune pécule adolescent, ni non plus, j’y prétends, quelques zestes assez lestes du reste…
Radio
Proustien, clairement !
Aile
Eh bien, tel un poster neuf, ce beau reste n’attend-il plus pour se sentir utile que votre désir veuf. Qu’on s’y attelle ! L’altière sveltesse princière de votre saignante Seigneurie me ravigote tout ce qui, chaque échéance menstruelle, tant et plus entre mes doigts sanglote.
Louis
Mezza voce.
Billevesées à hauteur de glotte, ma bigote ; restons secs, on fera avec !
Aile
Depuis, en dépit de la froidure tombant des nues… à vos souhaits, j’éternue… le soleil est revenu. Que je prenne la mouche ne saurait empêcher patricienne bouche de poindre toucher la moindre de mes retouches que ne viens-tu point, fils de chienne, de taxer de péripatéticiennes, dernière escarmouche avant que désaxée je ne m’esbigne.
Louis
Grand dommage, vraiment, ce serait été grand dommage !
Radio
Avec un doigt de Barbey d’Aurevilly
Aile
C’est pourquoi, dès promulgation des drastiques décrets d’application, en cercle de craie, émules des colchiques dans les prés, nous ferons souche. D’ailleurs, rien que d’évoquer l’escarboucle… (Au public.) histoire de pas répéter escarmouche, ce qui, lancineront d’aucuns, ne laisse pas que d’être louche, en temps réel du bout de l’aile je mouche.

Elle fait…