Variations sur un mur


Théâtre de recherche
1f 2h + 2/3
Au total : 90’

Deux parties. Suite de flashes. Poésie, onirisme. Proche de « Variations sur l’adultère ».
Décor : un mur, en long, comportant une bonne grosse fente. Des personnages qui ne sont qu’humains, à l’exception de deux : le Grand Crépuscule, superhéros, sans vocation ni boussole, un Curé, tant il est vrai que nous sommes encore au vingtième siècle.
Autour de la fente, des gestes, comme nous en accomplissons tous. Des mots, coulant, se heurtant à la façon d’un vrai langage.
Poésie, dérision ? Abstraction, figuration ? Figuration, puisque nous sommes au théâtre.

PERSONNAGES

LUI (jeune homme)
ELLE (jeune femme)
Quelques SEMBLABLES, en vrac, dont un CURÉ
&
GUEST STAR : LE GRAND CRÉPUSCULE



EXTRAITS

Entre ELLE, suivie d’un CURÉ. Grimaces, avec des pauses…
Dialogue, sur un ton haché, tendu :

– Dieu avec sa face d’huître indigente !
– Son visage d’os épais !
– D’un gros doigt factice, il poinçonne l’horizon !
– Seul dans son compartiment réservé, Jack Palance astique ses bottes d’oursin blanc !
– D’un coup de bec, déjà, il nous avait bricolé en Évangiles les saintes ficelles !
– Tandis que dame cathédrale reboutonnait son bustier !
– Qu’elle tortillait ses pudeurs !
– Le tout généreusement assorti d’orémus accroupis, prêts au petit départ !
– On disait même au grand
– Dieu, mon père à soufflet !
– Le grand lecteur d’Annonces !
– En train de trottiner ses programmes !
– Saint Pierre y charrie quatre fagots d’oseille !
– Furoncle suçant son propre cuirassé !
– Titillant ses pudeurs obscènes !
– Programmant ses pogromes !
– D’un gros doigt factice poinçonnant l’horizon !
– Qui es-tu ?
– Qui es-tu ?
– Le grand Lecteur… !
– Le grand Lecteur d’Annonces !
LES DEUX (gravement) : Cependant que, seul dans son compartiment réservé, Jack Palance, le bien nommé, caresse son pétard !

……………………

ELLE
Armé d’un tuyau sale,
Agamemnon
Pousse sa progéniture.
Mon œil appuie sa fenêtre
Sur des fragrances de Mogadon.
Devant moi trotte un rire,
Un rire nouvelle manière.
Derrière. Derrière…
Et, d’abord, qui est là ? …
(tragique )
Mort, ses os sont immenses !
Remuant sous la chair, l’air d’innover…
Et puis non !
Et puis…
(hurlant )
Merde !
Dynastie d’Asie !
Les fourmis ont mordu mon sein d’écureuil !
Le sang coule à la lisière de mes joues !
Oh, cimetière de ta bouche !
Merde !
La pluie ! Le chien enroué, assis sur sa langue !
Lequel a gardé l’horizon ? Pourquoi, d’ailleurs ?
Il l’a traquée, jadis, et,
Pour peu que ça vous convienne
On n’est pas chiches ! –
Aussi demain !
Sa bicyclette, qu’il m’a prêtée…
Voyez vous-mêmes l’intérieur de mes glandes !
Qui est là ? …
Lui ? Son contraire ?
Entrez ! Entrez donc, je vous en prie !
Sans manières !
Mais, s’il-vous-plaît, n’essuyez pas vos pieds !
L’indifférent s’efface avec des signes de croix,
Verts, rouges, si le temps le permet ! …
(Elle se lève et se met à chercher… rien.)
Oui, je sais ce que vous avez sur la langue !
D’ici, je vous entends marmonner vos carottes !
Demi-nue, elle joue des coudes !
Eh bien, sur elle couchez enfin vos toisons d’orteils !
Couvrez-la de vos appétits d’oripeaux !
Même, histoire de parler,
Étripez votre hoquet bien lavé ! …
Miracle, me rétorquerez-vous !
L’oraison tisse un glas bandonéon !
Miracle, si ça vous chante
De le considérer ainsi !
Miracle !
Il m’a tenue dans ses bras.
En ce temps-là, il faut bien dire
Que j’étais son entière garnison !
Mourir, entre autres,
Vous n’avez que ce mot-là à la bouche !
Comme si ça suffisait !
Mourir,
Moi, je l’ai fait tellement de fois
Qu’ils ont fini par m’appeler citoyenne !
Miracle ! Miracle !
En voulez-vous une troisième ?
Miracle !
Faut pas me le dire deux fois !
Voilà que, de son pantalon fendu,
Sort un lézard échevelé,
Lequel, suivant probablement l’instinct,
Se met à chercher la moindre lézarde !
Monsieur, sautant à cloche-pied,
Vous jouez de l’anormal !
Et puis…
Il clignait encore de l’œil, mais cette fois en voisin !…